Accueil du site > Nos dossiers > HABITER AUTREMENT > Pourquoi pas les petites éoliennes et l’éolien urbain ?

Pourquoi pas les petites éoliennes et l’éolien urbain ?

J’avais dans la tête le grincement des petites éoliennes agricoles, juste au dessus du puits, ces petites machines venues du fond des âges qui ont rendu tellement de services à l’être humain, alors Pourquoi pas les petites éoliennes et l’éolien urbain ?

J’ai assisté avec beaucoup d’intérêt au séminaire franco-allemand de l’énergie éolienne qui s’est tenu le jeudi 21 octobre au Technopôle de l’Environnement Arbois-Méditerranée ainsi qu’a la visite du parc éolien de Port Saint Louis du Rhône. Etaient réunis : la Région, des Collectivités, des organismes institutionnels, des porteurs de projets autour des grandes questions que pose le développement de l’éolien en France...

L’Europe représente plus de la moitié du parc éolien mondial, la France est très en retard et souhaite développer l’éolien industriel (celui qui produit de l’énergie pour des centrales électriques). Selon une étude de la Commission européenne la consommation électrique mondiale devrait doubler d’ici 2050, l’éolien devrait jouer un rôle important. Le "GRENELLE 2" met un frein au développement des petites éoliennes. Sont-elles condamnées ?

Il faut garder à l’esprit que l’industrie "verte" ou de haute technologie innovante est très dépendantes des "terres rares" (voitures hybrides, turbines d’éoliennes de grandes tailles, ordinateurs portables, panneaux solaires photovoltaïques...). Ces terres rares, dont l’exploitation actuellement est très polluante, pose aussi le problème de leur exploitation : la Chine en est le principal producteur.

La production d’énergie éolienne a doublé en France, mais 2 x rien ce n’est pas grand-chose ? Le potentiel est grand, une très forte croissance en termes de sites d’implantation et de productivité, de réglementation et de coûts de production est attendue dans les 10 années avenir.

Les machines

 

- L’éolien terrestre de fortes puissances, aérogénérateurs FOS

-L’éolien off-shore

L’éolien marin ne fera pas l’objet des mêmes règles de planification et de création que l’éolien terrestre. Quel cadre juridique et quels impacts pour l’off shore ? En Méditerranée : des éoliennes flottantes, après concertation, un prototype pourrait être installé dans la région, cette innovation permettrait, alors, à l’éolien off shore de se développer vers Fos.

Les mesures prises par le Grenelle 2, favorisent l’implantation des grandes projets éoliens et freine l’essor du petit éolien. L’installation d’une éolienne hors ZDE sera toujours possible, mais sans la tarification de vente au réseau avantageuse.

Le cout distribution et de raccord au réseau pour évacuer l’électricité produite par les grandes éoliennes est très élevé (le port de Marseille Fos a le réseau ce qui relativise le prix).

Les recherches actuelles se portent ,aussi ,sur la captation de l’énergie éolienne en haute altitude. La puissance totale des vents sur Terre représente à peu près 200 fois notre consommation totale d’énergie, les vents soufflent à une vitesse moyenne de 160 Km/h . Dans le futur, après le vent en mer, de grands cer-volants éolienne, flotteront jusqu’à 10 000 mètres .

- Le petit éolien

Le petit éolien domestique, urbain, utilisées avec d’autres sources d’énergie renouvelable comme le solaire thermique, le photovoltaïque, seul pour l’éclairage des habitations (quelques ampoules…), pour l’éclairage des parcs…

Une éolienne domestique peut être installée n’importe où. Elle alimente généralement une batterie, si elle produit assez d’énergie elle peut la vendre mais le tarif de vente sera lié a son implantation dans une ZDE. Pour bien fonctionner, une éolienne doit être installée aussi haut que possible sur un site dégagé et venteux. (d’où le problème de vue).

Une entreprise installée sur le plateau de l’Arbois est unique, ils ont mis au point de petites éoliennes domestiques et professionnelles, avec un excellent rendement silencieuse et puissante, elle produit de l’électricité dès que le vent atteint 9 km/h et résiste aux tempêtes. Elles sont peu bruyantes et robustes (elles ont résisté à des ouragans).

Quel sera l’avenir pour ces entreprises, en Provence, en France, si le petit éolien n’est pas encouragé parallèlement au"grand éolien", au photovoltaique ? Quelle politique énergétique veut-on ?

Le but

 

Réduire de 40% les émissions de GES d’ici 2020

Notre Région

 

La Région est donc fortement dépendante du réseau de transport pour son alimentation électrique en faisant venir la production des centrales nucléaires ou hydrauliques de la Vallée du Rhône.

Le Var et Alpes-Maritimes dépendent à 90 % de l’électricité acheminée par le réseau de transport d’électricité.

Les Bouches-du-Rhône, avec Fos et Port Saint Louis du Rhône, les installations du Grand Port de Marseille, dispose en effet de nombreux atouts . Depuis 2006 plusieurs projets de construction de centrales électriques de forte puissance fonctionnant essentiellement au gaz.

La Région est très impliquée avec le programme « Agir pour l’énergie » (un budget de 70 M€).

Le potentiel régional de développement de l’éolien : le couloir rhodanien est le 2 ème gisement éolien d’Europe.

En PACA, la production d’électricité photovoltaïque représente 27% des énergies renouvelables (PACA est devenue la première région photovoltaïque de France) ; vient ensuite le bois (22%), l’éolien ne représentant que 9%. 720 MW éoliens sont installés en 2010, on vise 1300 MW en 2020 – à un taux de disponibilité de 25% (contre 3200 MW d’hydroélectricité, qui peut produire en continu).

Il s’agit d’un objectif de 10,5 GW installés en 2012 (dont 6 en mer), et 19 GW en 2020.

Les freins

 

La région a de fortes contraintes qui limitent ce potentiel :

Les élus, qui s’oppose souvent à l’éolien sous la pression ou par souci de préservation de l’environnement et de garantir l’intérêt public. La crainte du bruit, pour celles de Port Saint Louis du Rhône « le bruit de la pale qui fend l’air » le bruit du vent couvre celui des éoliennes. Les fondations, elles sont relativement réduites, situées en contre bas d’un talus qui protège contre le Mistral, le canal (pour les péniches) du Rhône au Port.

La capacité d’accueil insuffisante du réseau électrique régional pour recevoir de nouvelles productions notamment éoliennes, sauf au niveau de Fos.

Les servitudes aéronautiques des aérodromes civils et militaires couvrent de grandes zones (Crau), le problème d’interférence avec les radars militaires et civils (avions) . Les perturbations TV .

La disponibilité foncière faible.

De nombreux sites emblématiques, classés ou inscrits monuments historiques, loi Littoral, constituent des freins paysagers et environnementaux.

Le Grenelle 2

Avec le Grenelle 2 plus de la moitié des parcs en développement "tombent à l’eau".

Le développement de l’énergie éolienne répond aux engagements internationaux de recourir aux énergies renouvelables (23 % de notre électricité produite à partir de ces dernières d’ici 2020) afin de diminuer la production de gaz à effet de serre mais la question est de savoir quel aménagement du territoire on veut en France ?

Pourquoi avoir abandonné de la taxe carbone ?

Avec le Grenelle 2 : les ZDE (zone de développement de l’éolien) encadre l’implantation des éoliennes avec pour but de contraindre très fortement leur implantation, surtout dans les zones habitées (Les éoliennes devront être à une distance de 500 m des zones destinées à l’habitation). Cette réponse des élus aux opposants à l’éolien est une mauvaise réponse qui pénalise le petit éolien en allant jusqu’à interdire leur exploitation dans les POS ou les PLU.

(La quasi-totalité du territoire français étant susceptible d’être habité (à quand le blocage des zones pavillonnaire extensives ?) Les grands parcs seront-ils mieux acceptés pour répondre à la demande ? certainement pas, les économies devraient être faites dés le projet d’urbanisation et par les choix d’architecture....)

Seuls les parcs ayant une puissance minimale de 15 MW vont bénéficier de l’obligation d’achat (5 machines).

Classement des éoliennes en ICPE (installation classée pour la protection de l’environnement) les pénalisent comme des centrales à charbon. Les petits développeurs de parc ne pourront sans doute pas constituer des garanties financières imposées, ils auront à assumer de plus les risques d’actions en justice et de responsabilité de la remise en état du site contrairement aux autres industriels.

-Environnemental : protection de la biodiversité Les éoliennes sont susceptibles de perturber des équilibres écologiques notamment via des impacts de dérangement, perte d’habitat et mortalité d’oiseaux et de chauves-souris. Il est essentiel de connaître et maitriser ces impacts afin d’assurer une cohérence entre ces deux politiques durables.

Des associations comme la LPO a pu d’avantage cerner les impacts de ces installations et partager ses connaissances avec les acteurs de la filière en France. Au sol, les espèces sont recensées également, la solution actuelle est la "compensation" par l’achat de terrains, censé réparer ailleurs ce que l’on détruit (il ne faudrait pas que la "compensation piège aussi notre bonne conscience !).

Effet barrière

Dérangement par les travaux et la maintenance du parc

Collision - surmortalité La plupart des études montrent un faible impact de collision sur les oiseaux

Suivi des sites de halte migratoire et d’hivernage

étude d’état initial pré-implantation :- zones inventoriées et protégées pour leur richesse ornithologique La période des chantiers de construction heures et saisons les moins impactantes Le nombre d’éoliennes, l’orientation de la ligne et l’espacement entre les infrastructures. Veiller à ce que l’évitement du parc éolien ne renvoie pas les oiseaux migrateurs vers une autre zone à risque (ligne à haute tension par exemple). interruption du fonctionnement des éoliennes à certaines périodes de la journée (heures d’activité/déplacements importants d’une espèce) ou de l’année (période de migration ou de stationnement d’une espèce). Des experts français et allemands, des naturalistes, des développeurs de parcs éoliens et l’administration se sont réunis à Reims en septembre pour faire le point sur « L’énergie éolienne et la protection de la biodiversité » avec la volonté commune de faire émerger un parc éolien national respectueux de la biodiversité.

Quelques solutions

 

- La solution Allemande des parcs éoliens participatifs Les parcs citoyens sont ils la solution ? Ils sont en régie directe, les citoyens sont copropriétaires, tout est géré dans une transparence totale (open books) : la planification, financement (levée de fonds propres), organisation, gestion et partage des valeurs dégagées. Les conflits directs sont évités.

L’éolien constituant un bon placement financier, tout comme le photovoltaïque en France avant la fin des avantages de rachats et de crédits d’impôts.

- la concertation avec les populations : la plus part des projets d’implantation sont retardés ou arrêtés en raison d’une opposition locale, pour méconnaissance du problème et des éoliennes et par ce qu’en général on veut bien des énergies renouvelables mais que les moyens de production soient loin de notre territoire, sauf lorsque la population est associée, partie prenante du projet.

- Une priorité

« la maîtrise de la demande d’énergie : l’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas ou bien que l’on n’a pas à produire… »

Les éco gestes et « Premio »

Le projet Premio « d’écrêtage » dont nous avons souvent parlé et dont Lambesc est porteur.

Les éco gestes sont nombreux et indispensables : « l’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas ou bien que l’on n’a pas à produire… » :

-Limiter les risques de coupures de courant au moment de la pointe journalière de consommation.

- Modérer votre consommation toujours et en particulier, entre 17 h et 20 h

- Réduisez l’intensité des illuminations et des mises en lumière des bâtiments.

- Faites savoir à votre entourage que vous vous associez à l’effort collectif et transmettez-leur les conseils de réduction de la consommation.

Dans l’est PACA comme dans toute la région, l’enjeu des prochaines années est d’arriver, à partir de centrales de petite puissance, à une meilleure valorisation des ressources renouvelables locales notamment pour l’éolien, la petite hydraulique et le solaire.

Le développement du micro-éolien, et son intégration dans les ZDE (zones de développement de l’éolien).

Pour la Région, et en particulier pour l’est de la Région, l’enjeu des prochaines années sera d’arriver, à partir de centrales de petite puissance, à une meilleure valorisation des ressources renouvelables locales notamment pour l’éolien, la petite hydraulique et le solaire.

Se sortir de la dépendance au nucléaire et au pétrole et de limiter les lignes a haute tension non enfouies.

Françoise C

Répondre à cet article

 Se déconnecter | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Webdesign