Accueil du site > AGENDA > patrimoine, pollutions, plans, les rendez vous > A l’occasion de la conférence de RIO+20 : Signez l’APPEL pour une refonte de (...)

A l’occasion de la conférence de RIO+20 : Signez l’APPEL pour une refonte de la gouvernance mondiale de l’environnement

A l’occasion de la conférence de RIO+20, la société civile (ONG, associations, syndicats, entreprises, scientifiques et académiques, collectivités territoriales) lance un appel pour une refonte de la gouvernance mondiale de l’environnement.

Il s’agit de convaincre les gouvernements participant à RIO+20 de peser pour que les conclusions de la conférence impulsent concrètement le tournant indispensable vers une société de développement durable et pour la création d’une OME, organisation mondiale de l’environnement.

ici

La société civile, avec ses multiples composantes que sont les ONG, associations, syndicats, entreprises, scientifiques et académiques, collectivités territoriales, tous déjà très engagés dans des processus de développement durable, et l’ensemble des citoyens sont donc particulièrement préoccupés et vous lancent l’appel suivant :

La création du cadre institutionnel facilitant les mutations et la régulation globale est indispensable

- Le développement durable doit avoir une place centrale dans le système onusien : La gouvernance mondiale du développement durable doit être réformée pour que celui-ci inspire le travail de toutes les institutions des Nations Unies. Une coordination par une nouvelle instance exécutive, le Conseil de développement durable, en lien étroit et en cohérence avec les instances de l’ONU - notamment l’OIT - et l’OMC, est souhaitable.

- Une organisation dédiée à l’environnement doit voir le jour : En particulier, une gouvernance de la dimension environnementale doit être instaurée à partir du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) basé à Nairobi, par la création d’une agence spécialisée universelle.

Cette nouvelle Organisation Mondiale de l’Environnement (OME) permettra une large gouvernance, reliant les nombreux accords multilatéraux pour l’environnement, dont elle favorisera la coordination, la cohérence, la mise en oeuvre et l’efficacité. Elle pourra prendre en charge l’élaboration de nouvelles conventions.

Les acteurs de la société civile doivent être plus clairement associés aux processus de décision

Pour une mobilisation et une action concrètes et rapides, il faut pleinement appliquer le principe 10 de la Déclaration finale du Sommet de Rio (1992) qui affirme : « la meilleure façon de traiter les questions d’environnement est d’assurer la participation de tous les citoyens concernés, au niveau qui convient ». Il est temps, à Rio + 20, de favoriser un processus de participation du public et d’accès à l’information et à la justice pour tous les citoyens, ce qui nécessite notamment un élargissement de la composition et du rôle du Conseil économique et social de l’ONU.

La gestion de la connaissance devra offrir transparence, rapidité et équité d’accès, s’agissant des données d’observation, des technologies et des savoirs scientifiques pouvant favoriser le développement durable et particulièrement la préservation de la biosphère.

Au sein de l’organisation qui naîtra de la transformation du PNUE, les collectivités territoriales, les associations et ONG, les syndicats et les entreprises devront être de véritables parties prenantes qui, à l’image d’organisations et de conventions existantes, assumeront leurs responsabilités d’acteurs majeurs de la société civile, et participeront aux processus de décision.

Les scientifiques y auront un rôle important : informer les décideurs politiques et les autres parties prenantes, expliquer les enjeux propres à l’humanité comme à la biosphère, à toutes échelles de temps et notamment sur le très long terme. La future organisation devra disposer d’évaluations scientifiques indépendantes, transparentes, collégiales et multi-disciplinaires, et pourra notamment s’appuyer sur des plateformes intergouvernementales d’experts.

L’économie verte, autre thème de la conférence de Rio +20, doit se développer dans le cadre des objectifs de développement durable

Fondée sur le principe 8 de la Déclaration de Rio « Afin de parvenir à un développement durable et à une meilleure qualité de vie pour tous les peuples, les Etats devraient réduire et éliminer les modes de production et de consommation non viables… », cette mutation doit s’appuyer sur toutes les parties prenantes publiques, privées et associatives. Leurs innovations, expériences et synergies tant au niveau national que territorial, permettent de nouveaux modèles de développement.

Les nouvelles technologies, l’innovation, doivent être développées et mise en œuvre pour tous, afin de favoriser une économie circulaire, avec des modes de production, d’usage et de consommation sobres portant attention à la répartition des coûts et bénéfices. Ces modèles respectueux des ressources naturelles et équitables sont la clé d’une nouvelle voie de développement pour tous les peuples.

Cette économie nouvelle, soutenue dans la phase de transition où nous sommes par des objectifs chiffrés, calendriers et indicateurs associés ainsi que des financements innovants, nécessite la coopération et la coproduction de tous, tant à court qu’à long terme. Elle se caractérise par une libération de la créativité, le respect et la promotion de la diversité des cultures et un renforcement des solidarités. C’est la voie de sortie des crises que nous traversons.

Mesdames et messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Nous vous invitons à marquer à Rio+20, votre conscience de ces dangers et votre volonté de les combattre. Le temps du constat est passé, le temps de l’action est venu. Aussi nous vous demandons de peser pour que les conclusions de la conférence impriment dans la réalité le tournant indispensable vers le développement durable.

Au-delà de la gouvernance environnementale, Rio + 20 doit être la Conférence mondiale où la société civile, qui aspire à un changement de modèle, sera entendue. La traduction institutionnelle de l’importance du développement durable dans le cadre des Nations Unies, l’Organisation Mondiale de l’Environnement, une réforme permettant la participation réelle des acteurs ainsi qu’un cadre favorisant une économie verte et équitable nous permettront d’être à la hauteur des enjeux de notre siècle.

Telles sont nos attentes, tel est notre appel.

Les premiers signataires engagent les femmes et les hommes du monde entier à signer et relayer cet appel, dans leurs organisations, auprès de leurs proches et au niveau de leurs réseaux sociaux.

- Signer l’Appel en cliquant ici

Déclaration des collectivités locales et territoriales françaises pour Rio+20

ici

Répondre à cet article

 Se déconnecter | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Webdesign