Accueil du site > Espace d’expression > Débat national sur la transition énergétique

Débat national sur la transition énergétique

La transition énergétique est le passage d’une société fondée sur la consommation abondante d’énergies fossiles, à une société plus sobre et plus écologique.

Réfléchir à la question énergétique en Europe, c’est tout d’abord prendre en compte deux éléments : la prévalence du principe de subsidiarité, et l’émergence d’un espace de solidarité via la création de réseaux énergétiques.

Nous sommes en plein débat sur l’énergie, la transition énergétique, avez-vous pensé à vous rendre sur le site

www.transition-energetique-p...

pour prendre connaissance des divers éléments mis au débat et merci de donner vos remarques et propositions sur :

debat.transition.energetique@regionpaca.fr

"Je vous engage à mettre en avant le scénario dit de transition ou ambitieux ou négawatt, seul ce scénario va permettre de diminuer la consommation d’énergie de 60% d’ici 2050 et aboutir à un taux de 90% d’ énergies renouvelables. Il va dynamiser notre région et permettre de créer de vrais filières économiques et d’axer la recherche dans ces domaines. Sobriété et efficacité dans les transports, les bâtiments l’industrie, l’agriculture…développer de nouvelles ENR …voilà notre feuille de route pour les années à venir pour rendre notre région autonome en énergie."

"MERCI DE FAIRE CET EFFORT POUR NOTRE RÉGION : aller sur débat.tansition.energetique@regionpaca.fr avant le 15 avril ; votre avis positif pour le scénario négawatt va m’aider pour le faire adopter en juin ou octobre prochain." nous dit Annick DELHAYE, Vice-présidente déléguée au développement soutenable à l’énergie et au climat.

http://www.regionpaca.fr/actualites...

une superbe émission ce samedi sur France Inter : CO2 mon Amour, Énergies de ton siècle, contribution au débat sur la transition énergétique

http://www.franceinter.fr/emission-...

à réécouter sans réserves ! Formidable message d’espoir. Avec Pierre Radanne (Pierre Radanne est président de l’association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable). D’abord directeur adjoint du cabinet de la ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement Dominique Voynet, il a été président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).).

Vous vous souvenez ?

Elinor Ostrom, la première femme Prix Nobel de l’Economie, défend la propriété collective du plus grand nombre contre l’appropriation par un petit nombre des biens matériels et immatériels. Elinor Ostrom qui devient la première femme de l’histoire à être récompensée par le prix Nobel d’économie.

Professeur à l’université d’Indiana, Elinor Ostrom a, selon le comité Nobel, "démontré comment les co-propriétés peuvent être efficacement gérées par des associations d’usagers". Ses travaux portent essentiellement sur la gestion des communaux, et démontrent que le libre accès à des ressources communes peut avoir une efficacité économique plus forte que l’appropriation des biens par un petit nombre.

Ces dernières années, Ostrom s’est beaucoup intéressée au cas des "commons" dans l’accès à l’information, en particulier scientifique, à l’ère numérique. Ainsi, dans un article co-rédigé avec Charlotte Hess en 2001, Elinor Ostrom s’était inquiétée du fait que "des informations qui étaient autrefois ’librement accessibles’ sont désormais de plus en plus privatisées, surveillées, chiffrées et restreintes". "La fermeture est causée par les conflits et les contradictions entre les droits de propriété intellectuelle et les capacités étendues des nouvelles technologies", écrivait-elle.

Jamais cependant Elinor Ostrom ne défend dans ses travaux la suppression de toute propriété, qui serait une hérésie économique. Elle met en avant une sorte de co-gestion au bénéfice du plus grand nombre. En somme, elle défend la co-propriété des biens communs lorsqu’ils peuvent bénéficier au plus grand nombre, mais prévient qu’une telle co-propriété a besoin pour être efficace de règlements de co-propriétaires qui soient respectés. Ce qui est le rôle des licences libres de type Creative Commons ou GPL, que les tribunaux font désormais respecter. (NUMERAMA Guillaume Champeau - publié le Lundi 12 Octobre 2009 )

Répondre à cet article