Accueil du site > Nos dossiers > ENVIRONNEMENT > BIOMASSE et ressource forets > E-ON à Gardanne-inquiétude pour nos forets et jusque dans la châtaigneraie (...)

E-ON à Gardanne-inquiétude pour nos forets et jusque dans la châtaigneraie cévenole-Signez la pétition-

plaquette de communication du projet é-on "Un projet industriel majeur pour la filière forêt-bois" L’avenir de nos forêts avec le projet de mégacentrale à biomasse d’E-On qui s’implante à Gardanne est menacé. vue sur le parc photovoltaïque et carrière -100 m haut

la cheminée que nous connaissons tous, haute de 300m pour envoyer loin les fumées dues au brulage du charbon

La Région Provence Alpes Cote d’Azur aide à structurer et au développement de la filière bois depuis des années, relancer la sylviculture, la valorisation des bois "ronds" ou d’œuvre pour les bâtiments et le mobilier, la valorisation des compostages . Aix vient d’inaugurer sa chaudière biomasse urbaine à Encagnane. Nous avions posé des questions lors de l’enquête publique sur les rejets, l’approvisionnement, les rotations de camions...

La filière d’approvisionnement -de proximité - mise en place pour les 250 chaudières urbaines en Provence Alpes Cote d’Azur et leur développement attendu (une centaine ) sont menacées par la concurrence des géants E-ON et INOVA qui vont bruler des bois ronds et des bois pollués (colle, vernis...)même si en dix ans 40% des bois brulés devraient provenir des rémanents, des déchets verts et de la biomasse récoltée dans les espaces périurbain. Reste 60% d’autres choses. étude l'IF 2006 gisement plaquettes rémanents France

en Lozère la filière bois est structurée mais attend des débouchées multiples

La FORET actuellement est mal ou sous exploitée, on n’a pas suffisamment développé nos filières de valorisation alors que l’État met en place une politique forestière irréaliste et dangereuse basée sur l’augmentation de 40% des volumes de bois coupés en forêt d’ici 2020. Les bois ronds, "ne trouvant pas preneur" vont être brulés ou terminer dans l’usine de pâte à papier de Tarascon (Fibre Excellence). Les forestiers que nous avons rencontré nous ont expliqué leurs attentes, la nécessite pour eux d’avoir un projet à 20 ans ce que leur offre é-on. de pouvoir vendre leurs rémanents, les éclaircies obligatoires pour avoir des troncs droits...é-on avale.

Mais est ce à pure perte que les rémanents restent au sol ? Qu’en est il de la mico faune du sol et de la macro(plantes, animaux, insectes ...) et leurs rôles dans les écosystèmes des sous bois ? La logique économique et sociale à cours terme est elle la seule à prendre en compte ?

Protéger la foret c’est aussi la biodiversité animale et végétale, l’impact positif de la forêt sur le climat, la qualité de l’eau et de l’air, "ainsi qu’une optimisation du rôle économique et social des espaces forestiers, exigent une gestion durable, prudente et concertée, respectant l’ensemble de ces fonctions".

impacts exploitation intensive des rémanents sur la fertilité des sols forestiers et sur leur biodiversité. These E Akroume ENGREFimpacts exploitation intensive des rémanents sur la fertilité des sols forestiers et sur leur biodiversité. These E Akroume ENGREF

Les arbres captent le CO2 , en les brulant le CO2 est libéré dans l'air avec les autres résidus

voir aussi SOS FORETS

SIGNEZ LA PETITION ICI

"Nous vous demandons de retirer l’autorisation d’exploitation donnée à E.ON pour le projet néfaste et dispendieux de centrale à biomasse de Gardanne (Bouches du Rhône)

Pétition de

SOS Forêts 04

Je refuse que les forêts du quart Sud-Est de la France soient sacrifiées pour alimenter la centrale électrique de Gardanne qui est une aberration économique, sociale et environnementale.

En effet cette centrale :

- brûlera d’immenses quantités de déchets agricoles, de bois de récupération et surtout de bois forestier (850 000 tonnes par an) afin de produire de l’électricité sans cogénération, c’est-à-dire sans valorisation de la chaleur, ce qui aura comme conséquence un rendement médiocre qui ne dépassera pas les 33%

- brûlera plus de charbon que ce que le groupe 4 de la centrale consommait auparavant

- brûlera une grande quantité de bois de récupération B2 (11% du combustible total) qui provoquera une forte pollution

- recevra d’importantes subventions via un prix bonifié pour l’électricité produite (1 Milliard € sur 20 ans) malgré le fait que le projet d’E.ON ne respecte pas les conditions d’octroi de telles subventions, c’est à dire des projets avec cogénération et un rendement minimum de 60%

- ne devrait maintenir que 80 emplois ! Subvention obtenues : 1 milliards € sur 20 ans = 50 millions € par an. Pour en préserver 80, cela fait donc 625.000 € par an et par emploi. Si l’on considère qu’un salaire de 3000 € brut avec les charges patronales revient à 50.000 € par an, avec 50 millions € on peut créer 1000 emplois tout en préservant les emplois existants ! Cet argent public doit être investi pour de vrais emplois durables pas pour les actionnaires d’ EON !

- provoquera une congestion et une pollution extrêmes dues au trafic de camions acheminant le bois à la centrale (un camion toutes les deux minutes selon les estimations officielles)

- la moitié du combustible sera importée, sans doute du Canada et de l’Ukraine, aggravant ainsi notre déficit commercial et contribuant aux destructions massives de forêts dans les pays exportateurs

- le bilan carbone sera encore plus catastrophique que jusqu’à présent Un tel projet est à même de déstabiliser la filière biomasse locale existante créée dans notre région grâce à un important soutien public. Il est fort à parier qu’elle détruirait plus d’emplois qu’elle n’en créerait, surtout dans la filière bois.

Ce projet de mégacentrale renforce la tendance actuelle vers l’industrialisation de la gestion de nos forêts qui ne sont perçues que comme des gisements de production et jamais comme des écosystèmes précieux, fragiles et irremplaçables. La conséquence en sera des destructions massives de nos forêts, des biotopes et des sols, notamment dans les parties les plus accessibles.

Il faut donc retirer l’autorisation d’exploitation donnée à E.ON pour ce projet et investir les fonds publics dans le soutien à des projets énergétiques territoriaux lancés après une forte consultation des citoyens."

Cette pétition est lancée à l’initiative du Collectif "SOS Forêts 04 – Non à E.On", né en décembre 2013 pour lutter contre ce projet démentiel.

SOS FORETS 04 c’est aussi ici

la foret Méditerranéenne évolution et grande valeur

Répondre à cet article

 Se déconnecter | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Webdesign