Accueil du site > Nos dossiers > ENVIRONNEMENT > ARC et ses ripisylves > La promenade des bords de l’Arc du Pont des 3 Sautets à Luynes , un espace de (...)

La promenade des bords de l’Arc du Pont des 3 Sautets à Luynes , un espace de loisirs, de biodiversité, de danger, un espace à forts enjeux pour la ville d’Aix

La promenade des bords de l’Arc du Pont des 3 Sautets à Luynes , un espace de loisirs, de biodiversité, de danger dont les principaux sont les risques inondation et pollution, effondrement de berges, embâcles de bois mort. Un espace a forts enjeux pour la ville d’Aix

Nous vous avons souvent parlé de l’Arc ICI ou en ce qui concerne la brèche dans le seuil de la retenue du Moulin Bernard ou encore en ce qui concerne la pollution...

Ce fleuve côtier quand il traverse la ville d’Aix au Sud offre un magnifique espace de loisirs pour les riverains et "usagers". C’est un parcours sportif unique, un espace très riche pour la faune et la flore. Ses rives, ses ripisylves sont des espaces de biodiversité. Cet espace a du mal à jouer son rôle de trame verte et de trame bleue. Il devrait permettre les déplacements, indispensables à la survie de toutes les espèces présentes dans et autour de l’Arc. Les lieux de vie doivent interagir avec d’autres ilots de biodiversité pour assurer la pérennité des espèces, leur reproduction, leur alimentation... C’est un espace culturel, identitaire comme l’est la montagne Sainte Victoire pour tous, riverains et non riverains.

PDF - 709.4 ko

En 2012 nous lancions une alerte concernant la brèche dans le barrage qui a permis d’alimenter en eau, via le BEAL, (que les anciens du Pont de l’Arc connaissent bien) le moulin Bernard pendant une cinquantaine d’années (moulin situé sur l’emplacement du parking du Pont de l’Arc). Le barrage a finalement été écroulé en 2014 et les blocs de pierre enlevés. L’espace patrimonial "de la cascade de la Priée" et les beaux cyprès chauves vont disparaitre si rien n’est fait. L’anguille pourra remonter directement le cours de l’Arc. Nous regrettons la disparition à terme de cet espace et le silence de certains riverains que nous avions contacté dés 2012*.

Des décisions urgentes sont à prendre pour la sécurité du public d’une part, pour la pérennité de la flore d’autre part.

Le barrage a été détruit après s’être peu à peu dégradé. Dernièrement une entreprise a scié la couverture en béton et la lisse métallique qui retenaient les magnifiques pierres de taille de la retenue de La Priée (évacuées on ne sait où !) afin de supprimer ce qui restait de retenue des eaux. La conséquence en a été une baisse brutale du niveau des eaux qui met en péril la tenue des berges et les arbres remarquables adaptés à cette zone humide artificiellement créée (il y a plus de 70 ans ?) pour alimenter de façon régulière en eau le canal du moulin Bernard. Les 8 magnifiques cyprès chauves, arbres typiques des marais et qui marquent le paysage, en particulier en automne, sont en péril, ainsi que de nombreux autres arbres de la rive gauche notamment.

Nous sommes pour les aménagements des bords de l’Arc par la ville d’Aix accompagnée par le SABA , nous souhaitons que ce parc naturel en centre ville reste un espace pour tous : Aixois et touristes, faune et flore. S’il est nécessaire de faciliter l’accès à tous au " grand parc de l’Arc " beaucoup de précautions doivent être prises et les intérêts de tous sont à préserver ( nous avions exprimé notre souhait de voir une expertise associative telle que celle de la LPO pour l’Arc )*, c’est dans ce sens riverains, sachants ou non que nous aurions souhaité pouvoir participer à la concertation lancée par la ville. *refuges LPO

Le risque inondation c’est le danger pour la population, c’est un fleuve au régime méditerranéen qui peut avoir des crues très violentes et de courte durée. S’il pleut vers Sainte Victoire l’Arc monte rapidement, se teinte de rouge, s’il pleut fort ou longtemps sur tout le bassin versant il peut d’autant plus sortir de son lit qu’il est contraint par des remblais entravant sont parcours ou que les eaux ne peuvent plus pénétrer dans le sol largement imperméabilisé.

Le bassin de l’Arc est soumis aux rigueurs d’un climat méditerranéen. L’aggravation des pics de crues avec une réponse plus rapide des bassins versants va aggraver le risque d’inondation du territoire du fait de sa population dense, d’un bassin très urbanisé, imperméabilisé..., les travaux d’endiguement, de remblaiement, l’occupation du lit majeur avec la réduction des surfaces d’expansion des cours d’eau lors de crues. peut on lire sur le site du SABA (Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Bassin de l’Arc)

A Aix on se souvient de fortes crues de l’Arc en septembre 1993, décembre 2003 et décembre 2008.

En ce qui concerne les documents d’urbanisme de la commune les ScOT et PLU ils devront montrer qu’il n’y a pas de contradiction entre les règlements d’urbanisme et les objectifs du SAGE et le fait d’atteindre le bon état des eaux en 2015 .

A cela il faut rajouter que la commune ne s’est pas engagée à ne plus traiter ses espaces verts, rues, routes... est que nous sommes les mauvais élèves sur le bilan pesticides et engrais en ce qui concerne le bassin versant de l’Arc.

embâcle dans un saule pleureur

* ..."on comprend la réaction réservée du SABA vis à vis de la restauration de la retenue du Canal du moulin Bernard, je voudrais plaider pour la retenue au Val de l’Arc, lieu de promenade, de parcours sportifs, de plaisir pour de nombreux promeneurs, familles, résidents et pour nous comme mes photos en témoignent.

Sur les bords de la retenue, un magnifique écosystème s’est constitué avec notamment une dizaine de magnifiques Cyprès chauves (arbre des marais importé de Louisiane mais le platane ou les lilas sont aussi des espèces importées). Ce cyprès, à feuilles caduques, pousse sur les berges de la retenue, les pieds dans l’eau, il possède des racines qui remontent à l’air libre, comme des stalagmites et constitue un patrimoine végétal exceptionnel pour Aix. La promenade le long d’une des berges de l’Arc est devenue une "institution " pour les sportifs, un plaisir pour les familles et l’émotion de voir disparaitre ce lieu est grande chez les riverains et les utilisateurs.

La nouvelle compétence de gestion des milieux aquatiques des collectivités se précise

Info 19 08 2014 La loi Mapam attribue aux communes une compétence obligatoire de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations. Deux textes d’application sont actuellement soumis à consultation.

Afin de pallier la carence des propriétaires riverains à entretenir la partie des cours d’eau qui leur incombe ainsi que des propriétaires des digues à entretenir ces ouvrages, et prévenir de ce fait les conséquences dommageables, tant aux personnes qu’aux biens des inondations et des submersions marines, la loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles entend notamment renforcer l’organisation et la compétence des structures territoriales qui s’y substituent en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations. Cette dernière compétence est attribuée au bloc communal et peut s’appuyer sur les structures opérationnelles à l’échelon des bassins et sous-bassins hydrographiques que sont les syndicats mixtes constitués en tant qu’établissements publics territoriaux de bassin (EPTB) et établissements publics d’aménagement et de gestion de l’eau (EPAGE).

Ces compétences en matière d’environnement et de transport qui renforcent les procédures de mutualisation inquiètent certaines communes et EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) qui regrettent "le manque d’évaluation et de concertation préalable" concernant la gestion des risques inondations en particulier .

Répondre à cet article

 Se déconnecter | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Webdesign