Accueil du site > Nos dossiers > PATRIMOINE > Les chemins de L’EAU GRAVITAIRE - Patrimoine matériel et immatériel du Pays (...)

Les chemins de L’EAU GRAVITAIRE - Patrimoine matériel et immatériel du Pays d’Aix

JPEG - 132.8 ko
le panneau indicateur "vous entrez dans le massif du Montaiguet" sur la RN8n
vous entrez dans le massif du Montaiguet

Le choix du Montaiguet massif situé au Sud Est de la ville dAix en Provence nous a semblé évident, le nom du massif, son sens en langue d’Oc ou provençal pour les Aixois. La montagne façonnées par l’eau et par l’homme dans ses replis, ruisselante de toute part après la pluie. ici la ville fait une route ; pour la crèche d'entreprise ? les terrassements importants sur l'accès au terrain des Bornes. Les ouvrages de captation des eaux de ruissellement descendent du remblais vers le caniveau. Le site des Bornes au Montaiguet et les terrassements actuels concernant un imposant remblais le long de la RN8n bouchant le terrain*(notre association a posé une question a ce sujet "à la ville" : Pensez vous protéger ce patrimoine qui n’est pas classé actuellement ?) est malmenée par de gros projets de terrassement sur le site des Bornes qui menacent de disparition les systèmes traditionnels de captage. après la neige au ravin de Grivoton- bain mérité dans les "soupières" creusées dans la roche par les eaux au fil des siècles

La magnifique dalle de la plaine des Dés, utilisée en dépotoir et en parking montre à tous ceux qui veulent la voir une surface d’abrasion marine du miocéne présentant des perforations de coquillages. "Les Dés pour les petits doigts". La dalle marine du MIOCENE à la plaine des Dés

Cette histoire d’eau est commune à tout le bassin Méditerranéen. Dans la colline des Aixois, les sources ont étés captées, canalisées, les chemins de l’eau, des systèmes de captation des eaux en majorité de ruissellement qui débouchent dans des bassins. Il y avait des lieux aménagées avec des rocailles, des espaces de repos ombragés pour le promeneur, le chasseur, le paysans qui travaillait sa terre.

L’usage de l’eau était lié à une propriété , parfois à un groupe avec des règles précises mais l’eau se partageait (un peu) , un verre était laissé à proximité des sources pour les hommes, des bassins pour les animaux sauvages que l’on venait y chasser, pour le chien du chasseur. On connaissait "les meilleurs crus" dans tout le pays, on venait chercher l’eau dans telle ou telle bastide ou campagne. aux Bornes un point d'eau aménagé en rocaille (pierre et ciment ,un rajout "esthétique" du début du XX° Sc), adossé à une restanque ou bancaus , la parois enterrée était toujours fraiche, l'ouverture protégée du Mistral. Le bassin sous la voute de pierre sèche était il alimenté par l'eau des mines ? aux Bornes un point d’eau aménagé en rocaille (pierre et ciment, un abri "esthétique" (comme une borie*) et surtout utile car bien abrité de la pluie et de la température de l’air extérieur, du début du XX° Sc), adossé à une restanque ou bancaus , la parois enterrée était toujours fraiche, l’ouverture protégée du Mistral. Le bassin sous la voute de pierre était il alimenté par l’eau des mines ?

A coté des cabanons il y avait les CAMPAGNES, nombreuses en pays d’Aix. Dés qu’ils en avaient les moyens les Aixois avaient leur campagne (le cabanon s’agrandissait pièce par pièce avec les héritiers). La terre ne valait pas cher et les brouillards de l’hiver ne permettaient pas d’y résider confortablement l’hiver. On y avait son potager, son poulailler, si on était un peu plus fortuné un ouvrier y travaillait la terre et vous donnait une partie de la récolte en contre partie. On ne clôturait pas. L’hiver on habitait en ville, l’été quand la ville était chaude on retournait à la campagne. brouillard de l'Arc sur les piémonts du Montaiguet à l'Automne champs de céréales à la Bastide de la Félicité.

Les BASTIDES appartenant à d’importants propriétaires terriens sont des lieux de résidence, de réception mais représentent surtout un système socio-économique à proximité de la ville, très performant. Quand on était du quartier, on se rendait dans les bastides pour acheter le lait, les légumes, on y allait le dimanche pour la messe, l’été pour certains à un thé musical. l'eau tient le premier rôle à l'entrée des bastides (le Clos des Jésuites , Bastide Sainte Madeleine aujourd'hui le CREPS)

L’EAU a la première place, elle est la condition de l’installation de cette culture des paysages aixois.

La nature très fissurée du calcaire facilite la pénétration des eaux, il a été modelé par la force des eaux. Dans les pentes on aménage des chemins de l’eau qui vont capter parfois des quantités considérables d’eau. Dans les piémonts ce sont les plaines alluviales, sablonneuses et très fertiles de l’Arc qui seront régulièrement inondées (malheureusement aussi très faciles à urbaniser actuellement, vulnérables car il peut suffire d’adapter ou de compenser. Le lieu et sa richesse, le climat ne sont plus que des variables parmi d’autres, d’ouvrir de nouvelles routes, pont). Si les plaines agricoles des piémonts vont souvent entrer en concurrence avec l’agriculture des versants ce ne sera rien à coté de la colonisation des résidences et des zones commerciales ou d’activités. matin de brouillard dans les collines Aixoises. La toile de cette petite araignée capte l'eau contenue dans l'air, l'eau rejoindra le sol pour participer au grand cycle de l'eau

Si le PUIT est toujours présent dans les "campagnes" les GALERIES DRAINANTES HORIZONTALES appelées aussi MINES D’EAU ou TOUNES en Langue d’OC (voute) sont fréquentes en Pays d’Aix pour alimenter en eau les grands domaines principalement car il s’agit d’un travail nécessitant beaucoup de main d’œuvre et de savoir faire. captage par drain systeme de principe (Parc des Alpilles) Les puits d'évents et leur pierre sont visible dans les champs, des arbustes marquent l'emplacement pour les labours

Cette eau captée a l’avantage d’être propre, filtrée par les couches de sols, les sables et le couvert végétal naturel si les "intrants" (engrais, biocides) sont absents comme c’est le cas en colline, elle ne stagne pas , mais aussi de ne pas dépendre des saisons pour son débit. C’est un véritable trésor.

Sur le site de la Bastide de la Félicité à Pont de l’Arc, les mines d’eau ici sont "de plaine" ce qui est rare. Aux Bornes comme à Saint Marc Jeaumegarde (clic) leurs bouches "sortent" de la colline pour alimenter des bassins, elles sont transversales à la pente. A Saint Marc comme à la Félicité, l’eau captée dans la colline est mise en lumière par un traitement architectural majestueux. A la grande bastide des Bornes, en ruine depuis les années 60 il ne reste pas de traces "visibles" des bouches mais les puits et les galeries. Ces Tounes alimentent les bassins et les canaux d’irrigation des cultures, les roubines ainsi que les fontaines et les bassins d’apparat. Le trop capté retourne au valat, à l’Arc. Ces galeries comme les puits doivent être entretenues pour garantir une eau de qualité et en quantité suffisante aux habitants, animaux et cultures. Les puits d’évent des galeries sont protégés par de grosses pierres de taille visibles dans les champs.

La bastide de la Félicité a rempli toutes les fonctions de ces grands domaines agricoles et d’apparat. la fontaine de la cour d'honneur

ARC apres la destruction de la cascade de la retenue du moulin Bernard

A Pont de l’Arc, entrée de la ville d’Aix venant de Marseille par le tram, on construit dans les années 30 un moulin à blé, le moulin Bernard et Olivier devenu depuis (années 80) un parking, ce moulin était alimenté par un canal appelé Béal qui permettait de faire fonctionner le moulin à partir de la retenue créée sur l’Arc, la retenue du moulin Bernard aux Infirmeries (démoli en 2014). On construit un silo à blé qui a été démoli en 2013 pour en faire un immeuble d’habitation ambitieux pour Pont de l’Arc de 27 mètres de haut au croisement du chemin de la Guiramande et du chemin du Viaduc, entre le Campus de la Pauliane et le futur pont sur l’Arc. silo à blé 2013 et la nouvelle route le siloone en construction 2014 Le PORTE AIGUE construit pour amener l'eau des fontaines et les sur-verses vers l'Arc ou le Béal. futur pont sur l'Arc dit de la Guiramande. S'il n'est pas réservé aux bus et aux modes doux,, aménera t il les voitures en provenance de toute la zone sud d'Aix vers le parking Krypton, l'A8 et les entrées d'Aix ?*

Au XX° Siécle La gestion de l’eau change d’échelle. Tout va changer pour notre territoire car la Durance et le Verdon sont canalisés*, alimentés par la fonte des glaciers. Les riches terres du Montaiguet et de ses piémonts, dont les abondantes cultures de blé, vigne, oliviers, potagers et arbres fruitiers cultivées depuis toujours vont être maintenant irriguées par un système de canaux gravitaires qui alimentent des bassins. L’eau se calcule au temps de prise pas encore au m3. A Aix celui "du Verdon" alimentait par une de ses nombreuses ramifications les terres cultivées et habitations jusqu’à la Duranne en parcourant tout le Montaiguet depuis le Nord. le canal du Verdon parcoure tout le Montaiguet jusqu'a la Duranne le canal franchit le Vallon du coq

Le recul des glaciers est incontestable. La fonte des glaciers est accélérée par le réchauffement (changement) climatique, l’eau des Alpes alimente nos retenues, mais JUSQU’À QUAND ?

L’eau sans limite, l’eau sous pression a autorisé l’homme à se soustraire au climat provençal. La prise de conscience que l’eau doit se gérer, s’économiser, se protéger devient une évidence. Il n’y a plus de nécessité immédiate "individuellement" à creuser des canaux pour dériver le cours de l’eau, capter les sources, creuser des puits et des mines d’eau, des bassins pour stocker l’eau et jusqu’aux fontaines qui n’ont de nécessité que notre plaisir d’ouïe et de fraicheur. Des bornes d’eau sous pression remplacent les petites fontaines gravitaires de la colline. L’entretient de ces ouvrages coute cher. L’eau devient payante (au m3) et l’eau gravitaire se marginalise et avec elle notre patrimoine matériel construit mais aussi notre patrimoine immatériel fait de culture, de savoir faire. Ces patrimoines "ruraux" sont souvent méprisés et mal connus des décideurs et aménageurs qu’ils dérangent aussi parfois, inconnus des habitants. Certaines communes prennent conscience de la richesse de leur patrimoine et réhabilitent leurs bancaus et captages, protègent leur haies et leurs arbres. C’est pourquoi nous voulons vous les faire connaitre afin de mieux les protéger.

Cette culture du paysage nous l’avons aussi, paysages spécifiques à notre territoire (lieu et milieu) dans sa diversité, la profonde complicité entre nous et nos collines, la connaissance et la manière de pratiquer celui ci, la relation aux autres induite, tout cela est important, c’est notre identité. Faire surgir cette spécificité d’un territoire va permettre de créer du lien de donner du sens à l’évolution de ce territoire. Le nom du lieu Mont Aiguet - Mont de l’Eau en Occitan est déjà dans le paysage.

le PLU (Plan Local d’Urbanisme) dont le projet vient d’être voté en Conseil Municipal et qui va être soumis à l’enquête publique devrait permettre dans le cadre du développement durable de la ville, d’ancrer l’urbanisation future de la ville d’Aix dans la réalité vécue et appropriable par chacun ce dont nous doutons malheureusement à la vue de certains projets. Les émotions "patrimoniales" suscitées sont la preuve que bien au delà des seuls habitants des lieux ou des "autochtones", le paysage à un sens.

Après le succès des journées du patrimoine, force est de constater qu’a travers le tourisme, Cézanne et les paysages "Cézanniens de la Constance", les monuments historiques, l’archéologie, la Montagne Sainte Victoire, la rivière Arc qui traverse la ville, la culture d’Oc ou provençale et les paysages, nos paysages suscitent de plus en plus d’ intérêts.

pour terminer en musique "Auprès de mon arbre" c’est ici

bassin et bouche d'arrivée de l'eau d'une des mines Félicité

* Le droit Français n’ignore pas le paysage, c’est un des enjeux du Développement Durable à travers le Code de l’Environnement et le Code de l’Urbanisme. Il existe aussi une Convention Européenne du Paysage.

La SCP Société du Canal de Provence a publié un dossier pédagogique sur l’eau en Provence au travers de son ouvrage principal le canal de Provence.(clic)

La présence de l’eau à permis à l’homme, à son génie, de façonner le paysage dans lequel nous vivons, la pression sur notre environnement et sur notre qualité de vie, notre santé, l’avenir de nos enfants, due au changement climatique est déterminante pour les politiques à mettre en place.

*(clic sur les photos comme sur les liens ici le porte aigue qui a été construit par Mme Olivier propriétaire d’un établissement de restauration en haut du cours point d’arrivée du transport en commun de Marseille via Pont de l’Arc)

* les bories sont des abris en pierre sèche construits généralement par les pasteurs ici les pierres sont montées avec du ciment comme une rocaille)

Répondre à cet article

 Se déconnecter | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Webdesign