Accueil du site > AGENDA > aprés la mort de Rémi à Sivens. Choix politique, passage en force ou (...)

aprés la mort de Rémi à Sivens. Choix politique, passage en force ou concertation ?

La ou la politique du fait accompli comme mode de gouvernance remplace la concertation : Violence, radicalisation, intérêts collectifs et biens communs bafoués, non respect des lois, des conventions, non respect de l’autre, de tous les autres et passage en force, pourquoi en sommes nous arrivés là ?

Nous devons condamner la violence d’où quelle vienne ! La violence n’est pas la solution !

suite à la MORT de Rémi à Sivens, un rassemblement se tiendra ce vendredi 31 Octobre à Marseille devant la Cité des associations (93 La Canebière, 13001) à partir de 11h30 jusqu’à 12h30.

QUE s’est il passé ? la justice fait son travail, en attendant à travers les très nombreuses réactions sur le net (ici Reporterre) et ici le journal La Vie titre "le dernier grand projet inutile"

feuille du rapport d'expertise du Ministère Sur Libé Radio, Sivens, les conclusions du rapport. Sibylle Vincendon au micro de Florent Chatain

Un projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, un barrage à 600 kilomètres , au cœur de la foret de Sivens proche de Toulouse, dans la vallée du Tarn, le destin de ces deux villes est lié par des incompréhensions, des révoltes, des violences, des casseurs, des forces de l’ordre armées, des " projets inutiles et couteux* " . Dans un cas comme dans l’autre, les infrastructures que ces départements ou communes sont censées accueillir ne sont pas comprises. Elles ont vu s’élever une opposition allant largement au-delà du cadre régional. Ici c’est un édifice* de 304 mètres de large pour 12 mètres de hauteur et 2 kilomètres de long avec pour objectif de créer un lac de 1,5 million de m3 pour irriguer les terres agricoles aux alentours.

« On ne détruit rien, on déplace des populations » clament les porteurs du projet. Qui peut croire que l’on déplace sans perte des populations de libellules, de papillons, de grenouilles, de crapauds et salamandres, de serpents et lézards ? « Nos associations condamnent fermement ces agissements en totale violation des règles protectrices prévues par le code forestier. Aussi, nous portons plainte auprès du Procureur de la République d’Albi aux fins de faire renvoyer la CACG devant le Tribunal correctionnel et obtenir réparation du préjudice subi. » déclare Hervé Hourcade, juriste de France Nature Environnement Midi-Pyrénées.

Ce week-end, plusieurs dizaines de manifestants s’étaient donnés rendez-vous pour réclamer l’arrêt des travaux du barrage à Sivens. Un rassemblement du petit monde de la contestation de projets mettant à mal les équilibres environnementaux, venant du monde associatif, chercheurs, militants, ceux qui seraient des alliés précieux mais qui malheureusement font peur ou dérangent. Pas des casseurs. De violents affrontements ont pourtant eu lieu.

Le rassemblement a viré au drame dans la nuit de samedi à dimanche, le décès d’un botaniste de 21 ans opposant a l’édification de ce barrage et non violent. Pourquoi ?

En savoir plus sur le projet du Conseil Général du Tarn

Montaiguet Aix 2014


Bonjour à toutes et à tous,

Suite au décès de Rémi Fraisse, 21 ans, sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn) , France Nature Environnement PACA s’associe au deuil de Nature Midi-Pyrénées, FNE Midi-Pyrénées et France Nature Environnement ainsi qu’à celui de la famille et des proches du jeune bénévole botaniste.

Par solidarité, FNE PACA a souhaité organiser un rassemblement silencieux afin de lui rendre hommage.

Ce rassemblement se tiendra ce vendredi 31 Octobre à Marseille devant la Cité des associations (93 La Canebière, 13001) à partir de 11h30 jusqu’à 12h30.

Nous vous invitons à diffuser cette information ainsi que le communiqué de presse (ci-dessous et ci-joint) très largement au sein de vos réseaux.

Cordialement,

Le Bureau Exécutif de FNE PACA.


Dans le cadre du projet de barrage de Sivens porté par le Conseil Général du Tarn, les premiers travaux de défrichement de la zone humide du Testet destinée à accueillir l’ouvrage sont prévus en février… alors même que les nombreux reptiles protégés, actuellement en « hivernage » sur ce site naturel remarquable, seront détruits par les opérations, ce que les promoteurs du projet ne peuvent ignorer. Face à la menace que représentent ces travaux illégaux, les associations de protection de l’environnement sont prêtes à déposer un référé civil pour les empêcher.

* l’agriculture en France veut-elle tourner la page de l’agriculture intensive de l’après guerre et son modèle de mécanisation et de recours abondant à l’industrie chimique, si gourmande en eau et si impactant sur notre santé et sur l’environnement ? Oui mais les habitudes et modèles ont la vie dure.

Le maïs puisqu’il semble s’agir ici de culture de maïs, est une des plantes les plus cultivées en France. A l’origine c’est une céréale exotique, très gourmande en eau. Le maïs doit en plus être arrosé pendant sa période de floraison, en plein été ! Près de la moitié de l’eau utilisée en France l’est pour l’irrigation du maïs. Et cette production ne cesse d’augmenter car le maïs ainsi produit est principalement utilisé pour nourrir le bétail. On estime ainsi que 13 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de bœuf.

D’ici dix ans, la ferme France aura profondément évolué. Grâce à de nombreuses initiatives, la transition est déjà en route. La course à la production poursuivie par l’agriculture française depuis les années 1950 - sa productivité a été multipliée par 10 depuis - est en voie d’évoluer vers la multi-performance.

Comme partout dans le monde, le modèle agricole développé après-guerre en France rencontre un certain nombre de limites, notamment dans ses atteintes à la biodiversité et à l’environnement, mais également en termes de plafonnement des rendements agricoles ou encore d’émergence de phénomènes de résistances aux pesticides chez certains ravageurs. Son évolution vers des modes de production plus durables et tout aussi productifs est indispensable. Pour faire face aux enjeux de demain - agricoles, alimentaires, énergétiques, mais également environnementaux et sociaux - il apparaît de plus en plus clair qu’une agriculture diverse, y compris dans ses modes de production, est indispensable. lire ici "Vers des agricultures à hautes performances" (INRA-institut National de la Recherche Agronomique)

Répondre à cet article

 Se déconnecter | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Webdesign